vendredi 3 mars 2017

Lecture du mois : février 2017 !



Le temps passe vite quand on s'amuse travaille ! Nous sommes déjà début mars, déjà deux mois écoulés et bientôt le printemps ! Ce mois-ci, sept livres sont passés entre mes mains, soit 2 930 pages. Du space opera, de la littérature blanche, du post-apo, de la fantasy, du steampunk... Du bon et du un peu moins bon...

Mais il ne peut rester qu'un favori...






#De quoi ça parle ?

On y suit les pérégrinations du protagoniste, sénéchal du palais, qui doit faire face au siège de la ville, la tentative d'assassinat de ses notables et de la présence de traîtres au sein de l'entourage des proches défenseurs du roi.
Il s'agit d'un huis-clos de trois jours de trois jours qui se fait de plus en plus oppressant à mesure qu'on avance dans l'histoire. Quant à savoir ce qu'il advient du siège, du roi et de sa cour... C'est par là !

#Pourquoi ce livre ?


En premier lieu, pour l'écriture de Grégory Da Rosa qui est très littéraire. Il maîtrise sa prose et sa plume pour en faire ressortir ce dont il a besoin, en particulier les émotions. Au fil du récit, la sensation d'oppression devient de plus en plus palpable, ainsi que les émotions qui étreignent le protagonistes qui sont extrêmement bien décrites. La langue quant à elle est très bien maniée. L'auteur sait ce qu'il fait, et on le ressent.

L'univers évoqué - à peine esquissé devrais-je dire - semble extrêmement riche, vaste et complet, ce d'un point de vue historique, spirituel et anthropologique. Il laisse rêveur et donne envie de s'évader loin des remparts de ce château assiégé. Il n'y a plus qu'à espérer que l'auteur nous le fasse visiter dans une prochaine histoire !

Toute l'histoire est vue à travers les yeux du sénéchal dont on connaît les pensées et le ressenti. Un gros travail a été effectué pour cela et je ne peux que saluer la minutie dont a fait preuve l'auteur. 

Cette technique de la première personne nous permet aussi d'appréhender son univers sans forcément avoir besoin d'un glossaire ou d'une longue et lourde introduction. On apprend ce qu'il faut savoir au fur et à mesure et le reste est à la charge de notre imagination. Lorsque c'est bien mené comme ici, j'aime cette manière de faire.

Le format enfin. Il est rare de trouver en fantasy des huis-clos aussi oppressants. Là où la majorité des auteurs va ouvrir le récit sur de grands espaces et des batailles fantastiques, Grégory Da Rosa a choisi pour son Sénéchal une ambiance oppressante et en très petit comité.

#En bref


J'ai beaucoup apprécié cette lecture et ne pourrais que vous la recommander !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)